FORMULE 1
Communiqué de presse

JEAN ALESI / KIMI RAIKKONEN

RENCONTRE EXCLUSIVE POUR CANAL+

A l’occasion du Grand Prix du Canada, Jean Alesi a rencontré Kimi Raikkonen pour une entretien exclusif, diffusé sur CANAL+ dimanche dernier, et rediffusé en partie ce mercredi 10 juin dans l'emission LES SPECIALISTES F1.

Retrouvez ci-dessous l’interview scriptée. 

En cas d’utilisation merci de bien citer la source (CANAL+).



VERSION FRANCAISE

Jean ALESI :
Quelle différence y a-t-il entre les voitures de tes débuts et celles d’aujourd’hui ?

KIMI RAIKKONEN :
Quand je suis arrivé en F1, c’était plus excitant pour tout le monde. C’était vraiment le sommet, c’était il y a longtemps. On aurait pu croire que les voitures deviendraient plus rapides. Mais avec les changements de règlement, ils essayent de les rendre plus lentes. Il faut faire quelque chose pour rendre la F1 plus excitante à regarder, pour qu’on se rende compte de la vitesse et que ce soit un peu plus dangereux. Ça fait partie du jeu. On ne souhaite pas voir de blessés, mais ça rend les choses plus excitantes.

Jean ALESI :
Tout pilote rêve de conduire un jour pour Ferrari. Ce que tu fais. Et en plus tu as été champion du monde avec eux… C’était comment ?

KIMI RAIKKONEN :
Il y a beaucoup de bonnes équipes en F1 mais Ferrari reste différente. C’est Ferrari ! Bien sûr, c’était très agréable de gagner le championnat dès ma première année avec eux. Après ça, il s’est passé beaucoup de choses. Mais je suis de retour chez Ferrari et l’équipe de cette année est la meilleure que j’ai connue. La façon dont elle fonctionne, l’atmosphère … Comme je l’ai dit, Ferrari, c’est Ferrari. Si vous le pouvez, c’est toujours là que vous irez.

Jean ALESI :
Les gens t’appellent « Iceman ». Mais pour moi, tu n’es pas un « homme de glace ». Tu es plus sensible que les gens le pensent …

KIMI RAIKKONEN :
Personne n’est pareil au travail et à la maison. Au circuit, j’essaye de faire mon travail de mon mieux. Il y a trop de choses absurdes qui se passent là-bas, je ne veux pas me retrouver impliqué là-dedans. Dans la vie normale, je suis aussi normal que n’importe qui. Quoiqu’on pense de moi, ça me vas.



ENGLISH VERSION

Jean ALESI :
When you started Formula One and see the cars now, what is the difference?

KIMI RAIKKONEN :
When I came in to Formula One, it was more exciting for everybody, it was like really the top, it was a long time ago. We would have expected that cars would be faster and more exciting, but there is the rules changes … they try to make it slower. I’m sure something has to be done to make it more exciting to people to watch and also to really see the speed and make it a little bit more dangerous. It is part of the game. We don’t want anybody to get hurt but it also makes it more exciting.

Jean ALESI :
Every driver dreams to be a Ferrari driver one day. You are. You have been world champion for the first try with them. How it was?

KIMI RAIKKONEN :
There are many good teams in F1 but Ferrari is still different, it’s Ferrari. Obviously, it was very nice to win the championship on the first year. After that lots of things happen but I’m back with Ferrari and I think the team this year is the best team I’ve been in, how it’s work, all that atmosphere, like I said, Ferrari is Ferrari. You would always choose it if you can.

Jean ALESI :
People name you Iceman but for me you’re not an Ice Man. You are more sensitive than people think.

KIMI RAIKKONEN :
Yes but I think every people are different at work than if they’re at home. At the circuit, my work is to do my best, there is so much non-sense going on there, I don’t want to get involve. In the normal life I’m as normal as anybody. Whatever they think about me is fine.

Contacts presse

SEVERINE RAY 
01 71 35 24 08 Severine.ray@canal-plus.com 

MATHIEU BESSON 
01 71 35 34 94 Mathieu.besson@canal-plus.com ​​